Créer un site internet

9782812932045 475x500 1

Les Soleils de l'hiver - René BARRAL

Joseph Biron a 82 ans quand sa femme, Louisette, meurt, le laissant seul et désemparé dans sa ferme du Campet, au coeur des Cévennes...

4ème de couverture

Joseph Biron a 82 ans quand sa femme, Louisette, meurt, le laissant seul et désemparé dans sa ferme du Campet, au coeur des Cévennes. Cependant dès le lendemain de l'enterrement, un drôle de petit bonhomme, Tintin, lui amène un paquet de victuailles de la part de sa voisine. Tout d'abord décontenancé par l'attitude de cette femme,- Agnès, dite "la Bousconne", avec qui il est en mauvais termes-, il hésite plusieurs jours avant de se décider à lui ramener le panier. Joseph va mieux découvrir cette femme étonnante que tout le monde fuit. Il se sent revivre. Alors, malgré son âge, il entreprend de restaurer le four à pain du hameau avec Tintin, repart à la chasse, organise des repas qui rassemblent famille, voisins et touristes. Puis un jour, un jeune homme, Thierry, débarque au Campet et dans sa vie.....

Mon avis

Mais quel beau roman ! Encore un auteur que je découvre, René BARRAL, merci à lui. 

J'ai savouré ce livre plein de sagesse et de bon sens à l'image de son héros Joseph Biron, un homme de 82 ans qui vient de perdre sa femme. Que lui reste-t-il au seuil de sa vie ? Y a-t-il encore une part de lumière pour lui ?

De purs moments de terroir, les us et coutumes des Cévennes, la description de magnifiques paysages et le bon sens de personnes qui ont vécu. C'est tout bonnement beau, simple. Tout plein de tendresse et d'amertume, un roman très émouvant. 

On y découvre la voix de la sagesse des anciens qui ont vécu à la campagne dans des conditions plutôt rudes mais lorsque la mort sépare un couple, celui qui reste sa vie est-elle finie pour autant ? Ne dit-on pas "Tant qu'il y a de la vie il y a de l'espoir", même si le temps est compté ? Un livre qui fait du bien et montre pour une fois, un côté positif sur la vieillesse et non la décadence. Une bouffée d'oxygène avec cet homme encore plein de ressources et d'humour qui aime la vie et sait faire en sorte que le soleil brille. 

Pour Joseph, qui au début de sa solitude, se sent perdu, triste, désœuvré, voir fini, c'est le moment de regarder autour de lui, de voir et comprendre ceux qui jusqu'alors lui étaient indifférents. Il y a d'abord cette voisine, jamais côtoyée, que tout le monde évite car réputée comme femme pas facile et de ce fait surnommée "la Bousconne», mais pourquoi est-elle devenue comme ça, il doit bien y avoir une raison ? Et ce jeune handicapé, Tintin, un innocent qu'elle a recueilli, dont tout le monde se moque, un bon gars finalement ! 

J'ai beaucoup aimé certaines phrases très percutantes que nous livre l'auteur à travers ce brave homme qui repense à sa vie : 

- "Avant, le feu c'était la vie dans une maison....on ne disait pas combien y a-t-il d'habitants dans le village,  mais, il y a 8 ou 10 feux."

- "Dans le "cantou", on cuisinait, on se chauffait, on se reposait. C'est là que la famille se retrouvait, le soir, après le repas. C'était le refuge où rien ne pouvait nous arriver, nous étions forts parce que nous étions tous ensemble serrés les uns contre les autres."  (Il est vrai qu'en ces temps de confinement, ça nous parle !) 

ou encore : 

- "A notre âge ce n'est pas le temps qui s'accélère, c'est l'avenir qui se rétrécit." 

ou cette discussion : 

- "Il est comme Dieu l'a fait"

- Oh ! vous croyez que Dieu se fait du souci pour nous, là haut,  quand il touille la soupe de nos pauvres vies ?" 

Bref je ne peux tout citer, mais franchement, lisez-le. 

Je remercie les Éditions De Borée et plus particulièrement Virginie. Merci, merci de m'avoir fait connaître cet auteur que je continuerai à lire c'est certain. 

 

Mon résumé

Joseph Biron vient d'enterrer sa femme Louise ; leur fils, avec qui il est fâché, n'est même pas venu aux obsèques de sa mère ; après les remerciements d'usages et le départ des derniers membres de la famille, il referme sa porte et se retrouve bien seul avec son chien. Que va-t-il devenir ? Il se sent perdu,

Jusqu’au matin où Tintin son voisin, un jeune innocent, lui apporte un panier repas de la part de sa tutrice, une femme acariâtre que tout le monde craint au village. Quelques jours plus tard, Joseph va se faire violence pour lui rapporter son panier, mais finalement, pas du tout déçu de cette rencontre tant redoutée. Au fur et à mesure du temps, une amitié va naître et c'est avec une réelle joie, qu'il va découvrir cette femme, sa vie et ce grand enfant avec qui il va sympathiser. Des jours heureux se profilent à l'horizon, des projets de chasse, pêche, jardinage et même de rénovation du four à pain communal en compagnie de Tintin vont emplirent toutes ses pensées. Il envisage de faire revivre le village en rassemblant comme dans le temps tous les habitants autour du four et veut organiser pour le 14 juillet, une grande fête avec les gens du cru, les vacanciers, les touristes. 

C'est au milieu de tous ses projets dans cette nouvelle vie fort prometteuse, que va débarquer un jour, un jeune homme, Thierry Sarran.  Joseph devient livide en entendant son nom...

José

En savoir plus sur l'auteur

et aussi

 

Ajouter un commentaire