9782822403757 475x500 1

Le roman de Julie-Victoire DAUBIE - 1ère bachelière de France - Gilles LAPORTE

Femme généreuse, courageuse, passionnée et passionnante telle était Julie-Victoire Daubié !

4ème de couverture

Femme généreuse, courageuse, passionnée et passionnante telle était Julie-Victoire Daubié ! Née le 26 mars 1824, huitième enfant d'une famille vosgienne, Julie-Victoire Daubié découvre très tôt, dans la Manufacture de Bains-les-Bains où son père est caissier, le travail forcé des enfants, les inégalités sociales, les injustices, l'esclavage des femmes, qui alimenteront toujours son engagement citoyen.
Considérant l'instruction comme une priorité, elle choisit le monde universitaire alors fermé aux filles pour agir, tenter de bousculer les repères de la vieille société. Diplômes pour l'enseignement primaire supérieur en poche, devenue préceptrice, elle vise le Baccalauréat ! Candidature refoulée par la Sorbonne des hommes, elle se présente à Lyon dont l'Académie impériale la reçoit, le 17 août 1861...
Première Bachelière de France. Reconnaissant sa culture et ses talents littéraires, la presse économique fait alors d'elle l'une des premières journalistes françaises. Soutenue par des humanistes influents, elle publie des livres importants, dont La Femme pauvre au 19e siècle, et de nombreux articles consacrés à la morale en politique, aux conditions de travail, au droit de vote, aux missions essentielles de l'école, à la cause des femmes, réservant ses rares loisirs à la botanique.
En 1871, la Sorbonne l'accepte enfin première Licenciée ès Lettres de France. Julie-Victoire meurt le 26 août 1874, en plein travail sur sa thèse de doctorat : La Condition de la femme dans la société romaine. A sa manière de conteur, dans cette biographie très émouvante, Gilles Laporte nous fait partager au quotidien la vie d'une citoyenne engagée, pacifiste et déterminée qui, en son temps, a su proposer une réflexion visionnaire, et remporter des victoires capitales pour toutes les femmes.
En 2015, pensée et objectifs de Julie-Victoire Daubié sont toujours d'actualité !

Mon avis

1824 - 1874 La vie d'une grande Dame qui a marqué son époque et qui, me semble-t-il, n'est pas connue plus que ça du grand Public, il faut dire que ses écrits avaient été censurés sous la 3eme République. Elle fut longtemps et volontairement oubliée par les hommes de pouvoir, elle dérangerait avec ses idées avant-gardistes et féministes. 

Julie Victoire DAUBIÉ, née dans les Vosges, 1ère bachelière de France en 1861, 1ère femme licenciée ès-lettres de France en 1871, s'est battue tout au long de son existence pour faire ressortir les inégalités hommes-femmes. 

Elle a ouvert la porte au féminisme, a œuvré pour que l'enseignement dispensé aux filles soit le même que celui donné aux garçons, a plaidé pour l'égalité de salaire à travail égal, a sollicité le parlement pour le droit de vote des femmes, la parité, elle s'est révoltée contre les mariages arrangés, s'est battue pour la prévention des accidents du travail, pour le droit des mères célibataires et le statut des enfants naturels etc.  

Julie-Victoire reconnue par la presse économique pour sa culture littéraire, deviendra également l'une des premières journalistes engagées, elle côtoiera de grands personnages humanistes tels que Victor Hugo, Louise Michel (militante anarchiste, franc-maçonne, aux idées féministes et l’une des figures majeures de la Commune de Paris), Marie d'Agoult (femme de lettres française), François-Barthélemy Arles-Dufour (homme d'affaires lyonnais pro-européen) et bien d'autres, à vous de les découvrir.

Nous lui devons beaucoup, nous les femmes, à elle et aux pionnières qui ont ouvert des brèches, mais le chemin est épineux et deux siècles plus tard, les mentalités ont du mal à avancer dans certains domaines. 

Un livre très instructif, conté avec passion par Gilles Laporte qui nous en trace ici, sous forme de roman, la biographie.  Un bel hommage qu'il rend à cette grande Dame. Merci à lui. 

Mon résumé

Julie-Victoire, naît dans les Vosges en 1824. Elle est la 8ème enfant d'une famille modeste, le père travaille à la manufacture de Bains-les-Bains, la mère brode comme toutes les femmes du cru pour augmenter les faibles revenus du foyer. La petite fille adore son père mais souffre du peu d'intérêt que lui donne sa mère. La vie va basculer le jour où le père mourant fait promettre au fils aîné d'entrer en prêtrise grâce à un petit pécule hérité qui paiera les études ; la famille se trouve en grand désarroi moral et financier, Julie-Victoire va se voir contrainte d'aller travailler, fini l'insouciance de l'enfance. C'est alors qu'elle va découvrir les injustices, le travail forcé des enfants, les inégalités et l'esclavage des femmes, les abus des hommes sur la gente féminine, elle va les subir et se rebeller. Sa mère la repousse sans cesse, son frère aîné décide de la prendre sous son aile et va lui enseigner le Latin et le Grec, elle se révèle une excellente élève, elle étudie également l'Allemand, son frère aîné lui transmet aussi sa passion pour la botanique. Elle n'a plus qu'une idée en tête, passer le baccalauréat.

Julie-Victoire va étudier et forcer toutes les portes pour avoir le droit de passer ses examens et être diplômée, privilège réservé jusqu'à lors aux hommes uniquement.  Courageuse et entêtée, elle écrira des ouvrages sur ses réflexions mais aura beaucoup de mal à les faire publier. Tour à tour, préceptrice, étudiante, écrivaine, journaliste, femme d'affaires et à ses rares loisirs, toujours passionnée de botanique, elle fera aussi un herbier ; nous la suivons des Vosges, à l'Allemagne, de Paris à Lyon et même jusque dans les Pyrénées. Elle fondera sa propre entreprise en embauchant des brodeuses et prouvera que les affaires peuvent se faire aussi avec des femmes. 

Le combat de toute une vie tournée vers les femmes au détriment de sa propre vie de femme. Elle meurt en 1874 en pleine préparation de sa thèse de doctorat.

 

José

 

En savoir plus sur l'auteur

et aussi

 

 

Ajouter un commentaire