Créer un site internet

41qn5bm2bwl sx195

L'Or et le Fer - Nathalie THOMAS-VERNEY

— Ferronnier ! Ouvre ta maudite grille !
Dorian de Grare ne se doutait pas de l’importance de ses paroles lorsque, le 1er thermidor de l’an II, il quitte son château du Pré pour Paris dans le but de sauver son cousin Enguerrand de l’échafaud.


 

4ème de couverture

— Ferronnier ! Ouvre ta maudite grille !
Dorian de Grare ne se doutait pas de l’importance de ses paroles lorsque, le 1er thermidor de l’an II, il quitte son château du Pré pour Paris dans le but de sauver son cousin Enguerrand de l’échafaud.
Nous sommes en 1794, au cœur de la Révolution française. La Terreur est à son apogée et, après l’exécution de Danton, Robespierre règne en maître sur le Comité de Salut Public.
Aël de Kergoët, jeune ferronnier, se voit proposer un travail exceptionnel en cette époque : la conception et la réalisation d’un portail en fer forgé d’une splendeur inégalée qui devra durer éternellement et marquer la puissance et la richesse du propriétaire du château du Pré, « château blanc flottant sur un lac ». Le jeune homme y fera une rencontre qui bouleversera sa vie : Dorian de Grare.
Libertin et débauché, Dorian fréquente les maisons closes parisiennes et sa beauté n’a d’égale que sa cruauté. Fils d’un aristocrate décédé avant la Révolution, Dorian n’a jamais accepté le remariage de sa mère avec le républicain Jean Beaujouan, à qui il doit cependant d’avoir pu conserver ses terres et son château. Un jour cependant, son chemin croise celui d’Alwena, jeune fille pauvre qui fuit la misère de sa Bretagne natale et la guerre entre chouans et armée Républicaine.
Jour après jour, tandis que la splendide grille s’élève dans des conditions tragiques et inexplicables, à une époque troublée, Aël et Dorian, aux origines pourtant si discordantes, parviendront à construire une amitié indestructible comme l’Or et le Fer.

Mon avis

Encore une fois, quel livre ! Fort intéressant ! 

Après avoir été bousculée et transportée avec "Destins Interdits", le 1er de la trilogie, je viens de terminer ce deuxième ouvrage de Nathalie Thomas-Verney et je suis ébahie par tout ce travail de recherche sur la vie de ceux qui ont fait l'Histoire avec en supplément, leurs histoires d'alcôves. Tout y est fort documenté et conté ; guerres, politiques, géographie, coutumes, mœurs, métiers et j'en passe.

Et quand je dis métier, c'est plus particulièrement sur le travail de ferronnier que nous allons plancher, je dirais même, dans ce contexte, un travail d'orfèvre ; celui d'un jeune Breton, Aël, qui va façonner un portail en fer forgé d'une dimension jamais réalisée et d'une beauté inégalée qui devra traverser tous les siècles et de ce fait marquer la puissance du propriétaire "intérimaire" qui l'a commandé, mais, "Une grille créée dans l'amour et le sang... qui a tué plusieurs fois, un portail qui sera condamné à rester fermé à jamais et interdira l'accès à l'allée principale du château du Pré". Une légende racontée par Kentin dans Destins Interdits et rappelée en prologue dans ce roman ; car c'est au XVIIIe siècle en pleine Révolution, pendant la Terreur que l'auteure nous transporte, à la découverte de l'ancêtre de Kentin, Dorian de Grare, un jeune aristocrate à la beauté fatale mais d'une suffisance et d'une dureté sans borne.  

Deux jeunes hommes que tout oppose, la richesse face à la pauvreté, la force contre la fragilité, le rejet et le désir, les pleurs et les rires vont toutefois les rapprocher, ils finiront par se comprendre au-delà de leurs différences et sceller une Amitié sans faille, comme l'Or et le Fer de cette grille.

Et puis il y a Elwena, cette jeune fille venue tout droit de sa forêt de Brocéliande, douce et rêveuse qui va troubler Dorian, saura-t-elle le remettre dans le droit chemin ? 

Nathalie a l'art et la manière d'insérer ses personnages de fiction avec les grands personnages qui ont fait notre Histoire de France.  C'est ainsi qu'en trame de fond, nous allons côtoyer Danton, Robespierre, Saint Just et tant d'autres, jusque dans les pans les plus intimes de leur vie. J'y ai même appris que ce grand Robespierre, dictateur, autoritaire avait un faible pour les jeunes garçons !

Une période sanglante où la pratique de la langue natale des Bretons est interdite, l'auteure y consacre de nombreux dialogues entre père et fils tout en nous situant non pas en années calendaires mais dans le calendrier révolutionnaire.  

L'apogée de ce livre, étant tout de même cette magistrale et mystérieuse grille ! Est-elle vraiment maudite ? 

Voilà son histoire, à vous de la découvrir ! 

Un livre passionnant, un grand merci Nathalie pour cet ouvrage ! 

Mon résumé

1794, c'est la Révolution, nous sommes en pleine Terreur, les nobles, paysans et ecclésiastiques sont poursuivis, voir guillotinés, nous quittons une Vendée en pleine guerre, la Bretagne est menacée, Chouans et Républicains s'affrontent dans d'horribles tueries. 

C'est en Région parisienne que nous croisons des "Citoyens", qui membres de la Convention se comportent eux-mêmes en Bourgeois, dont Jean Beaujouan, grand ami de Danton et donc privilégié et protégé ; il s'enrichit honteusement en pillant et revendant les œuvres des châteaux et manoirs assiégés. Il ambitionne de faire construire pour le château du Pré une grille hors du commun qui sera éternelle et marquera sa puissance et sa richesse. Pour se faire il embauche deux ferronniers, père et fils qui ont quitté leur Bretagne à la mort de l'épouse et mère, pour subsister et offrir leurs services dans cette époque troublée, il leur faut bien vivre et survivre.

Nous avons d'un côté ce jeune ferronnier, Aël, qui dessine et va exécuter, en compagnie de son père, cette œuvre d'art, ce portail majestueux rehaussé de volutes d'une finesse se rapprochant de la dentelle pour le compte de Jean Beaujouan, Républicain qui a épousé la veuve du comte de Grare.

De l'autre, le jeune aristocrate du château du Pré, Dorian de Grare aussi beau que cruel, qui mène une vie de dépravé, fréquente des milieux peu recommandables, libertin à ses heures, sans cœur et sans limite, qui se rebelle contre son beau-père Jean Beaujouan, ce personnage arriviste, dantoniste qui gère par des moyens peu avouables les biens du jeune Dorian qui lui reviendront à sa majorité, ce que Dorian aveuglé par sa haine n'a pas réalisé.

Et puis, il y a Alwena cette jeune Bretonne, douce et rêveuse, qui se plaisait à rêvasser dans la forêt de Broceliande, endroit qui lui donne la vision, d'un chevalier près d'un château blanc flottant sur un plan d'eau. A la mort de son père, elle décide de rejoindre son oncle à Paris, mais comment le retrouver ? Il lui faut travailler, pauvre et perdue dans un Paris malsain, au milieu de cette tourmente, son chemin croisera celui de Dorian, pourra-t-elle par son Amour le remettre dans le droit chemin ?

La construction de cette grille jour après jour va engendrer bien des tourments et apporter son lot de malheurs mais au-delà de cela et de la différence de classe et d'éducation c'est avant tout une histoire d'amitié réelle entre deux hommes qui va naître.

José

 

En savoir plus sur l'auteure

et aussi

Ajouter un commentaire