008941228

L'Eclair d'argent - Véronique CHAUVY

Mai 1871, en pleine Commune de Paris, Julien, quatorze ans, assiste impuissant à la mort de son frère, tué par un soldat de l'armée versaillaise...

 

4ème de couverture

Mai 1871, en pleine Commune de Paris, Julien, quatorze ans, assiste impuissant à la mort de son frère, tué par un soldat de l'armée versaillaise. Injustement condamné à la déportation en Nouvelle-Calédonie, il jure de se venger. De retour du bagne après l'amnistie générale votée en 1879, Julien part sur la trace du meurtrier de son frère, à Pontgibaud en Auvergne, où il se fait embaucher à la Compagnie qui exploite les mines de plomb argentifère. Dans le même temps, échappant à un mystérieux passé douloureux, arrive dans la cité auvergnate une Anglaise, Annabella Wright. Venue se recueillir sur la tombe de son père, un ingénieur tragiquement décédé alors qu'elle était enfant, elle est accueillie par ses compatriotes travaillant pour le compte de la société minière. Alors que des doutes l'assaillent sur les circonstances qui ont coûté la vie à son père, elle croise le chemin de Julien. Leur quête respective de la vérité les rapprochera-t-elle ?

Mon avis

Une auteure que je lis enfin !

1ere fois pour moi et pas déçue du tout. 

Un très bon roman qui nous tient en haleine jusqu'au bout, basé sur fond de haine et sentiments de vengeance, qui nous transporte en Auvergne, sur le lieu des mines de plomb argentifère qui ont fait les heures de gloire de Pontgibaud.   

J'ai savouré faire ce voyage en fin de XIXe siècle, descendre au fin fond de la mine où le travail de l'extraction de la roche, les différentes étapes de tri, de lavage jusqu'au moment suprême de voir cette vive lumière que produit l'argent sous l'oxydation du plomb, tel un éclair, n'auront presque plus de secret pour nous. 

J'ai aimé vivre entre cette communauté anglaise qui s'y était installée, pour y apporter savoir-faire et ingénieurs et les habitants du cru, où tous ne vivaient que pour et par la mine.

L'auteure y aborde également le souci écologique en dénonçant les souillures qui retournent à la rivière et les vapeurs néfastes qui s'échappent dans les airs. C'est à travers un beau panel de femmes que nous voyons les conditions de vie de ces dernières, de la plus humble à la plus riche, des femmes qui ont toujours été sous l'emprise des hommes, à savoir obéir aux lois faites et rédigées par des hommes. C'est la mise en place difficile de la République et de notre démocratie, c'est aussi la première fête nationale avec bal, flonflons, feu d'artifice etc.

Mais avant d'y arriver, remontons quelques années en arrière, en 1871 sous la Commune de Paris, en pleines échauffourées sur les barricades, jusqu'à l'arrestation et l'envoi au bagne des "Communards" dont Julien, jeune garçon de 14 ans qui a assisté à l'assassinat de son frère par les Versaillais, pris dans la tourmente et va se retrouver envoyer au bagne en Nouvelle Calédonie pour 8 ans. A l'amnistie, il revient libre mais n'a qu'une idée en tête, vengeance !  

Merci Véronique pour ce livre et votre gentille dédicace et merci aux Éditions De Borée en particulier à Virginie. 

Mon résumé

1871, des Parisiens, ouvriers, artisans et professions libérales se sont soulevés contre le gouvernement d'Adolphe Thiers, le gouvernement quitte Paris pour Versailles. Sur les barricades en pleine insurrection, Julien jeune garçon de 14 ans assiste à l'assassinat de son frère Vincent par un soldat Versaillais qui pille les cadavres. Julien veut l'en empêcher, dans la lutte, le Versaillais laisse tomber sa bourse d'où s'échappent ses larcins dont un petit caillou vert que Julien glisse discrètement dans sa chaussure, il a tout juste le temps de remarquer une particularité sur la main de l'assassin dont il n'a pas vu le visage mais il l'entend évoquer les mines d'argent et son acolyte l'appelle " le Bougnat". Julien est arrêté et emmené au bagne en Nouvelle Calédonie où il va purger une peine de 8 ans . Il garde ce caillou vert qui le blesse dans sa chaussure pour ne pas oublier et jure de venger son frère. A sa libération, il sait où aller, direction Pongibaud.

C'est là aussi que nous allons découvrir une jeune franco-anglaise, Annabella, qui revient sur les traces de son enfance et essaie d'élucider les circonstances de la mort de son père, ingénieur alors à la mine et retrouvé sans vie au fond d'une galerie. 

Julien et Annabella sans se connaître sont animés par ces mêmes sentiments de vengeance, se feront-ils de l'ombre ?

José

 

En savoir plus sur l'auteure

et aussi

 

Ajouter un commentaire